Programmes de recherche

Formulaire de recherche

Les actions

La monnaie égyptienne, phénomène d’acculturation

Les entités participant au financement Les partenaires et leurs rôles Les services BnF et leurs rôles Les acteurs BnF et leurs rôles

Description

Responsable : Thomas Faucher (numismate, archéologue, IFAO).

Collaborations : Historiens: Olivier Picard (Institut de France); Bérangère Redon (IFAO); Gilles Gorre (univ. Rennes 2); Julien Olivier (univ. d’Orléans). Papyrologue démotisant: Michel Chauveau (EPHE).
Institutions partenaires :
Institut de France ;
École Pratique des Hautes Études ;
American Numismatic society.

La monnaie est apparue relativement tard en Égypte. Alors que le monde grec l’a déjà adoptée, il faut attendre le IVᵉ siècle pour voir les premières pièces circuler sur le sol égyptien. Des «chouettes» athéniennes, d’étalon attique, arrivent alors en nombre et sont thésaurisées comme en témoigne la découverte de trésors; on en trouve aussi mention dans les textes dont le plus ancien est inscrit sur un ostracon de la fin du Vᵉ siècle. Avec l’arrivée des Ptolémées, la monnaie a connu un succès fulgurant, qui se poursuit sous les autres dirigeants d’Égypte, Romains, Byzantins et Arabes. Si les foyers de monétarisation se bornent souvent, dans un premier temps, aux régions hellénisées, par la suite, le pragmatisme économique l’emporte; on voit même les dirigeants arabes utiliser les monnaies des Byzantins, leurs prédécesseurs.

Les historiens peuvent avoir accès aux réalités passées, soit en étudiant les pièces sonnantes et trébuchantes, que les chercheurs ont tenté, parfois difficilement, de classer en séries successives, soit à travers les textes. La monnaie apparaît en effet dans des comptes, des reçus, des contrats, des narrations (rapports, fictions, récits de voyage) inscrits sur des supports divers (ostraca, papyrus, etc.). L’objectif du programme est de faire se rencontrer et travailler ensemble les spécialistes afin de déterminer les causes et les conséquences de l’apparition et de l’utilisation de la monnaie sur les plans économique et social. On peut se demander, par exemple, quelle idée un Égyptien, pour lequel il s'agissait d'un nouvel outil, se faisait de la réalité du monnayage. Quelle perception en a-t-on dans les textes et a-t-on des informations sur l’usage même qu’on faisait de ces pièces? Peut-on définir quelles formes prenait l’emploi de la monnaie au quotidien (paiement des petites sommes, des taxes, des contrats) et quelles en ont été les incidences sur le fonctionnement du pays.

Les périodes de transition entre les différents pouvoirs sont des moments privilégiés pour étudier l’économie monétaire. Les nouveaux venus ont-ils adopté les usages monétaires de leurs prédécesseurs? Il est habituel de dire que les autorités ont souvent fait preuve de pragmatisme, mais quelle forme revêt celui-ci? Quelles implications cela a-t-il eu pour l’État? Et, au-delà de ces questions, quelle est la part de la propagande dans l’émission d’un monnayage?

Des rencontres seront organisées entre numismates et papyrologues. Elles offriront une chance de renouveler nos connaissances en matière d’économie monétaire et d’établir, sur le long terme, s’il y a eu, ou non, une exception égyptienne.
Actions et publications prévues

Ce programme est l’occasion de compléter les études sur le monnayage égyptien, en particulier en incrémentant une base de données déjà existante sur les monnaies trouvées dans le pays, qu’elles aient été découvertes en fouilles ou bien qu’elles soient conservées dans les différents musées égyptiens. L’étude passe aussi par la publication de trésors monétaires inédits, pour la plupart mis au jour en Égypte, de l’époque ptolémaïque à l’époque arabe.

Un nombre important de chercheurs travaillant sur le sujet de l’économie monétaire en Égypte, il convient de les réunir. Dans un premier temps, il s’agira, dès 2012, de rassembler des spécialistes de la période de transition entre l’époque byzantine et l’époque arabe, notamment pour s’interroger sur le pragmatisme économique en période de changement politique. Dans un deuxième temps, en 2014 ou 2015, un colloque réunira numismates et spécialistes de l’étude des textes économiques de la période grecque à l'époque arabe, pour mettre en lumière la spécificité de l’économie monétaire égyptienne et la replacer dans son contexte méditerranéen.

Publications prévues :
Article sur la monétarisation de l’Égypte tardive, la géographie et les phénomènes d’adoption de la monnaie.
Publication de la journée d’étude sur la transition entre l’époque byzantine et la période arabe.
Publication de la série «Egyptian Hoards» en 3 trois volumes sur les périodes hellénistique, romaine-byzantine et arabe.
Publication du colloque international.

Documents disponibles

http://www.ifao.egnet.net/axes-2012/transition-croisements-culturels/2012-monnaie-egyptienne/

Mercredi 6 janvier 2016

Partagez