Programmes de recherche

Formulaire de recherche

Les actions

L’or égyptien (mine, minerai et monnaie)

Les entités participant au financement Les partenaires et leurs rôles Les services BnF et leurs rôles Les acteurs BnF et leurs rôles

Description

Responsable : Thomas Faucher (archéologue, , IRAMAT-CEB, UMR 5060, Univ-Orléans, chercheur associé IFAO).

Collaborations : Florian Téreygeol (archéologue, archéométallurgiste, CEA – IRAMAT, UMR 5060); Maryse Blet-Lemarquand (chimiste, IRAMAT, UMR 5060); Julien Olivier (historien, univ. d’Orléans)
Institutions partenaires :
IRAMAT (CNRS-UMR 5060)
Université d’Orléans
CEA.

L’or égyptien a toujours suscité l’admiration chez les commentateurs, qu’ils soient anciens ou modernes. Dès le IVᵉ millénaire en Nubie et au IIIᵉ millénaire dans le désert Oriental jusqu’à la ruée vers l’or des Arabes au Xᵉ siècle, les mines d’or ont été exploitées en Égypte. Les textes fournissent des renseignements précis sur le métal précieux qui s’accumulait dans les réserves du roi à l’instar des détails que fait connaître Théocrite pour le règne de Ptolémée Philadelphe.

Les mines de Nubie et du désert Oriental ont fait l’objet de nombreuses prospections, du début du XIXᵉ siècle par les Français, jusqu’aux recherches plus récentes des Allemands dans les années 2000. Pour autant, à part l’étude complète du site de Fawakhir, peu de ces mines ont été étudiées de manière précise. Dans le cadre de ce programme, il s’agit de prospecter dans le désert Oriental, en s’appuyant sur la connaissance du terrain développée depuis de longues années par l’équipe d’Hélène Cuvigny, et d’étudier en particulier un site d’extraction, de traitement et de fonte du minerai d’or. Le projet se propose donc de compléter ce programme dont il devient partie intégrante.

Il s’agit aussi, dans une perspective d’étude transversale, de caractériser chimiquement la composition de l’or égyptien. Des méthodes d’analyses récentes, notamment la spectrométrie de masse à plasma inductif avec prélèvement par ablation laser (LA-ICP-MS), offrent la possibilité de déterminer les concentrations des éléments traces contenus dans le métal, comme le platine et le palladium, qui sont autant d’éléments constitutifs du minerai. Les teneurs de certains éléments traces forment une signature qui permet de différencier des minerais issus de contextes géologiques différents.

Actions et publications prévues :
Prospection dans le désert Oriental à la recherche d’établissements humains et de structures liées au traitement du minerai de quartz aurifère.
Article sur la prospection de la région, présence de mines, caractérisation des époques.
Monographie sur le site fouillé (habitats, production du minerai (extraction, lavage, broyage, réduction), céramiques, monnaies).
Monographie «De la mine à la monnaie». Caractérisation du minerai d’or égyptien, comparaison avec les différents monnayages en or de Méditerranée (de l’époque perse à l’époque arabe).
Film didactique «Égypte, L’or du désert».

Documents disponibles

http://www.ifao.egnet.net/axes-2012/culture-mat/2012-or-egyptien/

Mardi 24 février 2015

Partagez