Programmes de recherche

Formulaire de recherche

Les actions

NEUMA : network enabled & user friendly musical analysis tools

Les entités participant au financement Les partenaires et leurs rôles Les services BnF et leurs rôles Les acteurs BnF et leurs rôles

Description

Résumé

NEUMA est une bibliothèque numérique de partitions qui publie en ligne des corpus rares ou peu diffusés par les moyens traditionnels. NEUMA fournit des fonctionnalités de navigation, recherche musicale et/ou textuelle, annotation, pour développer et enrichir les collections de manière collaborative. Elle est ainsi ouverte à l’intégration de nouveaux corpus, et tout particulièrement à tout ce qui peut enrichir les données autour du timbre (vaudevilles, parodies, brunettes…).

Les corpus accessibles au public (en cours d’enrichissement) sont :
Sequentia : pour l’étude du chant ecclésiastique à l’époque moderne (Cécile Davy-Rigaux, Nathalie Berton-Blivet).
Corpus RISM : incipits des manuscrits musicaux de la BnF antérieurs à 1800 (Laurence Decobert).
Psautiers : recueils de psaumes monodique des XVIe-XVIIe siècles (Alice Tacaille, Jean-Michel Noailly).

D’autres corpus, à l’étude, viendront prochainement enrichir cette bibliothèque.
Rameau RCT : incipits du catalogue thématique des œuvres musicales (Sylvie Bouissou, Denis Herlin, Pascal Denécheau).
Motet imprimé : incipits du Catalogue des motets imprimés en France, 1647-1789 (Nathalie Berton-Blivet).
Francoeur : répertoire de l’Académie royale de musique sous l’Ancien Régime (Pascal Denécheau).

Accéder à NEUMA : http://www.neuma.fr/

NEUMA a été conçue dans le cadre d’un projet soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (appel d’offre : Contenus et Interactions, déc. 2008- déc. 2011) et a été l’objet de la collaboration entre l’Univ.. Paris-Dauphine (LAMSADE), puis au CNAM (CEDRIC), Univ. Bourgogne (LE2I/CNRS), l’IRPMF, l’Univ. Paris-IV (PLM).

Hide details for NEUMANEUMA
NEUMA

Soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche dans le cadre de l’appel à projet « Contenu et interactions » (décembre 2008-décembre 2011).

Coordinateur du projet : Philippe Rigaux univ. Paris-Dauphine (LAMSADE - UMR 7024 jusqu’en sept. 2010) puis CNAM (CEDRIC-EA 4629).

Partenaires

1. LAMSADE (UMR 7024 du CNRS), univ. Paris Dauphine jusqu’en sept. 2010, puis CEDRIC (EA 4629), CNAM (Philippe Rigaux, coordinateur)
2. IRPMF (UMR 200 du CNRS)/ BnF/ MCC (Hervé Audéon)
3. LE2I (UMR 5158 du CNRS)/ univ. de Bourgogne, Dijon (David Gross-Amblard)
4. Société Armadillo
5. Univ. de Paris-Sorbonne (Paris IV) (Alice Tacaille), nouveau partenaire depuis juin 2010

Nature du projet

NEUMA est né de la volonté de mettre au point de nouvelles méthodes de recherche autour des incipit musicaux de Sequentia, projet qui a pris forme à partir d’un échange soutenu avec Alice Tacaille, maître de conférence en musicologie à Paris IV, qui développait une base de données sur les mélodies, textes et recueils de psaumes protestants en français. Coordonné par Philippe Rigaux (LAMSADE), ce projet retenu par l’ANR rassemble 2 laboratoires d’informatique, 2 laboratoires de musicologie et une entreprise privée.

Développé sur 3 ans à partir du 1er décembre 2008, le projet NEUMA a pour ambition de définir et d’expérimenter des outils de diffusion de corpus de musiques de toutes origines, représentées sous forme de partition numérisée. Le projet comprend une recherche qui touche d’une part aux modèles de représentation, de recherche et d’analyse dédiés spécifiquement aux oeuvres musicales représentées symboliquement, d’autre part aux usages, au partage et à la diffusion de ce type de corpus. NEUMA doit montrer qu’il est possible de concevoir et de réaliser un système informatique ouvert permettant à des communautés de musiciens et de musicologues de constituer de manière coopérative des corpus de sources musicales, et offrant des outils de recherche et de partage sur ces corpus.

Travaux menés par l’équipe IRPMF au sein de NEUMA

Le rôle d’une institution de recherche comme l’IRPMF consiste à mettre en valeur et à porter à la connaissance d’un public aussi large que possible ces oeuvres ou corpus patrimoniaux méconnus, dans des présentations maîtrisées et respectueuses des sources et des pratiques originales. La possibilité d’ajouter à cette diffusion des outils interactifs et de recherche plein texte sur des partitions musicales — actuellement impossible — devrait favoriser la diffusion de ces corpus auprès des musiciens, mélomanes et éditeurs ; elle ouvre en outre de nouvelles perspectives pour la musicologie : perfectionner les outils de recherche tels qu’en développe l’IRPMF (catalogues, éditions critiques, bases de données) ; contribuer aux études d’oeuvres ou de corpus par le développement d’investigations statistiques. La contribution de l’IRPMF au projet soumis à l’ANR consiste par conséquent dans les quatre interventions suivantes :

  • Mise à disposition de trois types de corpus permettant des recherches progressives variées et complémentaires (corpus d’incipits et de pièces de chant monodique à insérer dans la base de données Sequentia et dans la base Psautiers ; musique polyphonique : motet de Métoyen en propective pour l’édition critique en ligne ; édition d’un concerto pour piano de L.-J.-F. Herold) ;
  • Déterminer les utilisations pratiques du format de recherche envisagé dans le cadre de la diffusion et dans celui de l’édition critique de corpus patrimoniaux ou de catalogues thématiques ;
  • Mettre en place et animer des séminaires : 1. Présentation générale, outils et possibilités, premiers résultats et publications, discussion des thématiques envisagées, IRPMF, 2 décembre 2010. 2. Séance organisée par le PLM (A. Tacaille) : recherche mélodique (textuelle, approchée…), Maison de la recherche, 13 janvier 2011. 3. Séance organisée par l’IRPMF (H. Audéon et C. Davy-Rigaux) : catalogues et timbres, IRPMF, 28 mars 2011. 4. Séance organisée par l’IRPMF (H. Audéon et C. Davy-Rigaux) : éditions critiques de musique et annotations de partitions (dans le cadre de l’analyse musicale et des usages partagés), IRPMF, 14 juin 2011. réunissant des utilisateurs potentiels divers de ces nouveaux outils afin de définir les spécificités des besoins ;
  • Prendre en charge la publication des résultats de ces réflexions communes.

Des outils de recherche mélodique transposée ou non et/ou rythmique ont été implantés sur les bases de données Sequentia et Psautiers après saisie des pièces musicales dans le logiciel de gravure musicale Finale. La sollicitation pour une recherche sur les psautiers monodiques du XVIIe siècle de la part de l’équipe de Saint-Étienne (Marc Desmet, Jean-Michel Noailly) a été l’occasion de tester les possibilités d’analyse de tels outils et de créer autour de la base Psautiers un groupe de réflexion permettant de les améliorer. La base Psautiers comporte au 30 juin 2012 1 230 pièces extraites de 9 recueils. Parallèlement a été saisi un motet de Métoyen qui va permettre de développer ces outils sur une partition polyphonique et de mettre en oeuvre leurs potentialités dans le cadre d’un projet d’édition critique dynamique en ligne. Ces premiers travaux et réflexions ont fait l’objet d’un « Livrable » qui va servir de point de départ à la réflexion menée dans les séminaires à venir.

Le motet imprimé en France constitue un corpus de 1 044 oeuvres dont seulement 11 désormais perdues. Cet ensemble conséquent donne un panorama relativement précis du motet tel qu’il se pratiquait dans les églises en France, hors la Chapelle royale. Le catalogue imprimé de ce corpus est complété par la mise en ligne des incipits dans la base de données NEUMA (983 incipits en ligne au 30 juin 2012).

Cinq recueil de messes en plain-chant musicaux sont en ligne au 30 juin 2012 pour un total de 365 pièces.

Depuis janvier 2012, NEUMA accueille de nouveaux corpus et s’est implanté sur la plateforme ADONIS.

Mardi 30 décembre 2014

Compléments

  • Dates
    01/01/2008 - 12/31/2010
  • Localisation
    Paris
  • Domaine
    Musique
  • Source de financement
    Autre
Partagez