Programmes de recherche

Formulaire de recherche

Les actions

Sylloge Nummorum Parthicorum (SNP)

Les entités participant au financement Les partenaires et leurs rôles Les services BnF et leurs rôles

Description

Monnaie d'Orodes Ier

Pilote : Univ.-Doz. Dr. Michael Alram (Kunsthistorisches Museum, Münzkabinett), Dr. Vesta Sarkhosh Curtis (The British Museum, Department of Coins and Medals)

Les rois parthes de la dynastie d'Arsacid ont régné à partir du milieu du 3e siècle avant JC en Iran. Ils ont progressivement élargi le territoire sous leur contrôle jusqu'à s'étendre des sources de l'Euphrate jusqu'à l'est de l'Iran. La dynastie a régné jusqu'à l'an 224 après JC.

Les monnaies parthes forment l'une des sources les plus importantes pour connaître l'histoire de l'Iran. Elles recèlent de précieuses informations sur la généalogie des Parthes, les conditions politiques et économiques en Iran et les pays voisins de la période des souverains arsacides et des villes d'émission. En outre, les monnaies parthes fournissent des indications importantes sur la culture matérielle de la période : elles portraiturent les bustes des souverains et illustrent la mode vestimentaire en usage à la cour.

Sachant que les sources non - numismatiques sur l'histoire et la culture des Parthes sont rares et souvent problématiques, il n'est pas surprenant que les pièces parthes soient très souvent utilisées dans les enquêtes historiques et archéologiques pour la dynastie d'Arsacid. Cependant, jusqu'à présent, les travaux scientifiques menés sur la numismatique parthe n'a pas encore fourni un tableau d'ensemble du matériel numismatique. Les fondements pour la compréhension moderne de la numismatique parthe ont été posés par le Catalogue of the Coins of Parthia de Warwick Wroth, publié en 1903. Ce dernier avait cherché à résumer l'essentiel de la littérature ancienne sur le sujet qui remonte à Jean Foy-Vaillant (1632-1706). Basé sur Wroths est parue en 1938 la monographie d'Edward T. Newell dans Pope, Survey of Persian Art“, sous le titreThe Coinages of the Parthians qui constitue un excellent résumé sur le monnayage parthe.
L'exploration de la monnaie d'Arsacid avait ensuite été marquée par la monographie de Georges Le Rider, Suse sous les Séleucides et les Parthes (1965) où il exploitait le matériel monétaire pertinent découvert dans les fouilles de Suse. Eu égard à sa méthodologie et sa structuration, ce travail peut être considéré comme un modèle même si certaines thèses importantes de l'auteur concernant le classement les monnaies parthes doivent être réexaminés dans le contexte d'une analyse structurelle complète de la monnaie d'Arsacid.
La publication actuellement employée comme outil de référence concernant la numismatique parthe est An Introduction to the Coinage of Parthia de David Sellwood (2e édition, 1980). L'ouvrage reste certainement l'une des plus importantes contributions jamais faites sur la numismatique d'Arsacid Numismatique, même s'il ne consiste qu'en un catalogue de types extrêmement concis. Il permet à un public non-spécialiste de déterminer les pièces arsacides, et est donc sans aucun doute un outil d'aide aussi bien pour les collectionneurs que les commerçants, mais il ne propose aucun aperçu sur la structure du monnayage parthe, ni sur ses dimensions historique et économique.
L'apport majeur le plus récent sur les monnayage arsacide a été fourni par François de Callataÿ qui, en 1994, a analysé Les tétradrachmes d' Orodes II et de Phraate IV . Cette remarquable étude répond à toutes les exigences qui ont actuellement cours au sein des publications académiques en numismatique. Elle fournit, pour une période courte, ce que peut fournir d'une manière exemplaire ce que l'observation cohérente des principes méthodologiques de la numismatique de arsacides. Elle illustre, pour une courte période, les éclairages sur la monnaie parthe que peut apporter le respect de principes méthodologiques cohérents.

Cependant, un traitement complet et systématique de l'ensemble du monnayage parthe selon des critères scientifiques modernes fait défaut dans le contexte de la numismatique antique. Cette lacune sera comblée par le projet Sylloge Nummorum Parthicorum " (SNP) qui vise à publier les collections numismatiques parthes des partenaires. Au total, le corpus est estimé représenter environ 15.000 pièces auquel sera ajouté le dépouillement des catalogues de marchands.
L'outil fournira en outre la chronologie du système monétaire parthe, les tableaux d'émission de sorte à ce qu'il devienne l'outil de référence sur cette monnaie. Le modèle du SNP est fourni par les volumes du Sylloge Nummorum Sasanidarum (SNS).

Le plan de publication est le suivant :

  • Bd. I J. Gaslain (Paris): Arsaces I. (ca. 238-211 v. Chr.) – Artabanus I. (ca. 127-124 v. Chr.) [S. 1–22]
  • Bd. I J. Gaslain (Paris): Arsaces I. (ca. 238-211 v. Chr.) – Artabanus I. (ca. 127-124 v. Chr.) [S. 1–22]
  • Bd. II V. Curtis / E. Pendleton (London) / K. Baseri (Tehran): Mithradates II. (ca. 123-88 v. Chr.) [S. 23–29]
  • Bd. III M. Daryaee (Tehran): Parthisches „Dark Age“: Gotarzes I. (ca. 95-90 v. Chr.) – Phraates III. (ca. 70-57 v. Chr.) [S. 30–39]
  • Bd. IV V. Curtis / E. Pendleton (London) / K. Baseri (Tehran): Mithradates III. (ca. 57-54 v. Chr.) – Orodes II. (ca. 57-38 v. Chr.), Pacorus I. (ca. 39 v. Chr.) [S. 40–49]
  • Bd. V B. Weisser (Berlin): Phraates IV. (ca. 38-2 v. Chr.), Tiridates (ca. 29-27 v. Chr.), Phraatakes (ca. 2 v. Chr.- 4 n. Chr.), Orodes III. (ca. 6 n. Chr.) [S. 50–59]
  • Bd. VI F. Sinisi (Wien): Vonones I. (ca. 8-12 n. Chr.), Artabanus II. (ca. 10-38 n. Chr.), Vardanes I. (ca. 40-45 n. Chr.), Gotarzes II. (ca. 40-51 n. Chr.), Vonones II. (ca. 51 n. Chr.) [S. 60–67]
  • Bd. VII F. Sinisi (Wien): Vologases I. (ca. 51-78 n. Chr.), Vardanes II. (ca. 55-58 n. Chr.), Vologases II. (ca. 77-80 n. Chr.), Pacorus II. (ca. 78-105 n. Chr.), Artabanus III. (ca. 80-90 n. Chr.) [S. 68–77]
  • Bd. VIII B. Woytek (Wien): Vologases III. (ca. 105-147 n. Chr.), Osroes I. (ca. 109-129 n. Chr.), Parthamaspates (ca. 116 n. Chr.), Mithradates IV. (ca. 140 n. Chr.), „Unknown King“ (ca. 140 n. Chr.) [S. 78–83]
  • Bd. IX M. Alram / W. Szaivert (Wien): Vologases IV. (ca. 147-191 n. Chr.) – Vologases VI. (ca. 208-228 n. Chr.), Artabanus IV (ca. 216-224 n. Chr.) [S. 84–90]
[„S.“ = D. Sellwood, An Introduction to the Coinage of Parthia, London, 1980]

Partenaires :
  • American Numismatic Society, New York
  • Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Médailles, Paris
  • Institut für Numismatik und Geldgeschichte, Universität Wien
  • Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente (IsIAO), Rom
  • Kunsthistorisches Museum Wien, Münzkabinett und Naturwissenschaftliches Labor
  • Österreichische Akademie der Wissenschaften (ÖAW), Numismatische Kommission, Wien (www.oeaw.ac.at/numismatik)
  • Staatliche Museen zu Berlin, Münzkabinett
  • The British Institute of Persian Studies (BIPS), c/o The British Academy, London
  • The British Museum, Department of Coins and Medals, London
  • The National Museum of Iran, Tehran Weitere Kooperationspartner
  • Edward C. D. Hopkins (www.parthia.com)
  • David G. Sellwood

Documents disponibles

En savoir plus :</span>]


•Fabrizio Sinisi, Sylloge Nummorum Parthicorum, Vologases I. - Pacorus II. Wien 2012.

Mercredi 10 mai 2017

Compléments

Partagez